Les couleurs anxiogènes à ne surtout pas mettre chez soi

Si la plupart des couleurs anxiogènes sont très prisées, il est impératif de souligner qu’elles ont un impact négatif sur le bien-être de chacun. Quels sont donc leurs inconvénients et quelles sont les couleurs à éviter ?

Inconvénients des couleurs anxiogènes

Chaque couleur est susceptible d’influencer la santé et le bien-être d’une personne. Les couleurs sont dites « anxiogènes » quand elles provoquent de l’anxiété et de l’appréhension. Généralement utilisée pour la décoration d’intérieur, la couleur anxiogène s’utilise avec parcimonie. En outre, elle peut causer un état d’irritabilité et de brutalité, surtout s’il s’agit de couleurs très vives comme le jaune fluo ou l’orange. Au niveau des couleurs murales, en particulier dans la chambre à coucher, l’utilisation de la couleur vive est fortement déconseillée. Effectivement, elle peut conduire le cerveau à un phénomène d’hyperactivité favorisant l’agressivité du propriétaire. S’agissant de la teinte neutre comme le blanc ou le gris, elle a vocation à induire ses propriétaires à un état mélancolique et morose. De plus, avec la monotonie qu’elle occasionne, la couleur neutre nuit à la convivialité du foyer. Par ailleurs, la couleur sombre est également déconseillée à cause de son côté funèbre. Effectivement, elle s’utilise généralement en période de deuil. La question se pose donc : « quelles sont les couleurs anxiogènes à exclure de la maison ? »

Les couleurs anxiogènes à enlever de chez soi

Il existe une variété de couleurs anxiogènes. La plupart d’entre elles figurent même parmi les plus utilisées dans la décoration d’intérieur. Pour toutes les pièces de la maison, il faut éviter les couleurs : jaune, orange, fuchsia, rouges vifs, rouge bordeaux et vert pomme. Avec leur vivacité, elles stimulent trop le cerveau et nuisent au repos. De plus, utilisées d’une manière monochrome, elles donnent une illusion d’encombrement et renvoient à un reflet trop lumineux. Concernant les couleurs sombres, le noir, le violet, le marron et le bleu foncé sont également à éviter. Elles ont tendance à imposer une ambiance énigmatique et inquiétante. Sur un mur, le fait de les regarder quotidiennement peut être déprimant et agaçant, surtout si elles sont utilisées d’une manière unie. S’agissant des tons neutres, le blanc uni et le gris sont à proscrire. Similaire à la couleur des hôpitaux, leur aspect monotone renvoie une mélancolie rendant le climat ennuyeux. De plus, elles mettent en exergue le côté vide de la pièce. Toutefois, toutes les couleurs ne sont pas anxiogènes. Il existe également des couleurs apaisantes pouvant être mariées aux couleurs anxiogènes.

Comment apaiser les couleurs anxiogènes ?

Si la plupart des propriétaires n’osent pas changer la totalité de la décoration intérieure de leur maison, il existe des moyens permettant de contrecarrer les effets négatifs des couleurs anxiogènes. Pour les couleurs très vives, il est important de les marier avec des couleurs froides afin de rafraîchir la pièce. Parmi les couleurs froides, il y a par exemple le bleu qui peut être combiné avec l’orange. En outre, il existe aussi des couleurs qui effectuent des transitions vers des couleurs froides comme les nuances du bleu. Pour les couleurs sombres, opter pour une peinture en deux tons est idéal. Par conséquent, il est nécessaire de les allier avec des couleurs plus claires afin d’égayer la pièce. Par ailleurs, pour une touche de convivialité, les couleurs anxiogènes peuvent aussi être étalées sur des surfaces réduites afin de minimiser leurs aspects encombrants et moroses. Telles sont les caractéristiques des couleurs anxiogènes, il appartient donc à chacun de décorer leur maison en fonction des influences de chaque couleur.

Quelles différences entre un faux plafond tendu et un faux plafond suspendu ?
Luminothérapie : la tendance déco qui nous fait du bien !